hans-christian-andersen-auteur-scandinave-conte-la-petite-sirene

Hans Christian Andersen, portrait du créateur du conte de fées

Temps de lecture : 7 min

Le Vilain petit canard, La Reine des neiges, La Petite Sirène… Ces titres et personnages vous sont sans doute familiers, mais connaissez-vous réellement leur origine ?

Parfois actualisés, souvent adaptés à l’écran, ces contes viennent de l’imagination d’un seul et unique homme : Hans Christian Andersen.

L’écrivain danois semble avoir laissé une empreinte indélébile dans l’univers de la fable et du récit.

Érigé en héros national, L’instant nordique vous fait découvrir HC Andersen, sa vie et son œuvre.

Aux origines de ce conte danois bien réel

Hans Christian Andersen aurait pu écrire l’histoire de sa vie, tant celle-ci paraît être tirée d’un conte. On trouve d’ailleurs tous les ingrédients d’un récit réussi, de sa naissance baignée dans la pauvreté à sa mort honorée et célébrée partout dans le royaume.

Né en 1805 à Odense, sur l’île de Fionie au centre du Danemark, il grandit dans des conditions relativement précaires. Son père, cordonnier, est un homme cultivé et passionné. Il initie le petit Hans à la littérature et à l’art dramatique en lui construisant un théâtre de marionnettes. C’est l’élément déclencheur qui façonnera l’imagination du futur conteur. En 1815, le paternel revient des guerres napoléoniennes brisé et décède un an plus tard ; Hans a alors 11 ans. HC Andersen gardera ce souvenir impérissable comme un fil rouge tout au long de sa vie. Des années plus tard, il rendra un vibrant hommage posthume à son père, à travers l’émouvant conte de Le Petit Soldat de plomb.

auteur-danois-écrivain-la-petite-sirene-hc-andersen

Hans Christian Andersen jeune, rôle endossé par de nombreux acteurs contemporains. ©DR

Dès son plus jeune âge donc, Hans Christian Andersen rêve de faire carrière en tant que comédien… et de devenir célèbre. Lors d’une visite auprès d’une voyante, cette dernière affirme qu’un Grand Homme sommeille en lui et qu’Odense, sa ville natale, s’illuminera en son honneur. Des paroles puissantes qui marquent la genèse de la légende Andersen. Fort de ce soutien irréfutable – après tout, qui oserait contester les visions d’une voyante ? – il se décide à rejoindre Copenhague dans sa quatorzième année.  Seul et des ambitions plein la tête, le voilà en chemin pour accomplir ses rêves les plus fous.

En route vers la reconnaissance

Débarqué dans la capitale danoise, Hans Christian Andersen s’intéresse d’abord à l’art dramatique, en y ajoutant quelques cours de danse et de chant. Sa quête de reconnaissance le pousse à monter sur scène dans certains des salons privés les plus courus de la ville. En 1820, il intègre enfin l’École de danse de Copenhague et se passionne pour l’art dramatique. La nature est ainsi faite qu’il mue soudainement, sa voix devenant plus rauque ; il est alors contraint de mettre un terme à sa formation.   

Il ne quitte pourtant pas le milieu artistique puisqu’il est engagé au Théâtre royal. Deux ans plus tard, Jonas Collin, un de ses amis et mécène des arts, lui obtient une bourse d’entrée au « collège ». Durant cinq ans, il s’efforce de mettre en application ses apprentissages à travers l’écriture de dizaines de pièces de théâtre et de poèmes, enfermé dans son petit appartement de Nyhavn. Il ose même faire paraître sa première œuvre en 1822 sous le nom de Alfsol. En découlera des espoirs déchus puisque la reconnaissance tant espérée n’arriva jamais.

hc-andersen-musee-histoire-la-petite-sirene-copenhague

Le parc à thème Hans Christian Andersen, bel hommage à ce personnage unique de la littérature danoise. ©VisitDenmark

Ses études achevées, Andersen succombe à l’appel du large et entreprend un tour d’Europe sans billet retour. Il éprouve le besoin de coucher sur le papier les découvertes qu’il fait, en prenant le parti de raconter ses aventures via un monologue interne. Ce premier récit de voyage innovant, Promenade du canal de Holmen à la pointe orientale d’Amagrec, est salué par la critique. Bien que flatté par ce mini-triomphe, cet accueil ne le satisfait pas entièrement. En effet, les critiques le classe davantage comme romancier qu’inventeur d’un genre nouveau.

Il continuer néanmoins de griffonner ses carnets de voyages partout où il se rend, en prenant ses pérégrinations comme source d’inspiration et d’essais afin de perfectionner son style. Encore relativement méconnu au Danemark, il commence à se faire un nom à l’étranger. Intrigués par ce curieux personnage, à l’ambition non-dissimulée et à l’imagination débordante, d’illustres auteurs désirent le rencontrer en personne. C’est ainsi qu’il fréquente les frères Grimm en Allemagne et a le privilège de s’entretenir avec Victor Hugo place des Vosges, lui dont le tout-Paris s’arrache ses services après l’immense succès de Notre Dame de Paris.

Hans Christian Andersen, inventeur du conte de fées

Depuis toujours, Hans Christian Andersen appréciait narrer des histoires aux enfants. En 1835, il se lance dans la conception d’un recueil qui rassemblera ses récits favoris. Il n’en a alors pas encore conscience, mais il s’apprête à « révolutionner » le genre du conte. C’est ainsi que né le conte de fées.

Tantôt émouvants, tantôt douloureux, ses contes mêlent souvenirs de jeunesse, voyages et fiction. Il s’inspire de l’enfance de sa mère pour créer La petite marchande d’allumettes, de celle de son père pour Le Petit Soldat de plomb, ou de la sienne dans Le Vilain petit canard. Attaché à Odense, il emprunte certains éléments de sa ville natale pour le décor de ses contes. A l’inverse des conteurs de son temps (les frères Grimm, Perrault), Andersen puise dans son imagination pour créer ses innombrables histoires, refusant de s’inspirer des fables populaires déjà existantes.

conte-pour-enfant-petit-soldat-hc-andersen

L’écrivain danois a multiplié les recueils de contes, dont l’émouvant Le petit soldat de plomb. ©Gallimard

Un, puis deux, puis trois,… Hans Christian Andersen semble avoir trouvé la recette du succès, et surtout de la célébrité. Symbole ultime de son aura, il est même convié à dîner avec les familles royales d’Europe, friandes de sa vision du monde. Un éditeur américain se propose également de faire paraître les premières éditions de dix nouveaux contes de l’auteur danois avant même leurs parutions au Danemark. Alors âgé d’une quarantaine d’années, il réussit à faire de ses rêves une réalité.

« Ma vie fut un beau conte de fées, belle et heureuse »

Fatigué de ses voyages incessants, il rentre s’installer à Odense en 1867. La prédiction de la voyante était donc vraie : il est fait citoyen d’honneur de la ville et une grande cérémonie a lieu en son honneur. Quelques temps avant son décès en 1875, il affirme avec humilité et reconnaissance : « Ma vie fut un beau conte de fées, riche et heureuse ».

Personnage rare par sa brillance d’esprit et nourrit à l’imagination, Andersen fait aujourd’hui partie des auteurs les plus lus dans le monde. Au total, son œuvre regroupe 168 histoires, dont certains à titre posthume, plus de 100 poèmes, 36 pièces de théâtre, 6 récits de voyage et 6 romans. De nombreuses adaptations (BD, dessin animés, films, séries) ont été réalisées dans plus de 150 langues et sur les six continents. Véritable icône nationale, Hans Christian Andersen reste l’homme le plus célébré au Danemark : statues, noms de rues, parc d’attraction, et lieux emblématiques continuent de faire perdurer la légende. 

visiter-danemark-musee-copenhague-andersen-odense

Le musée futuriste HC Andersen à Odense, inspiré de l’univers de ses contes. ©VisitOdense

Partager cet article nordique

A propos

L’instant nordique est la destination numérique de l’actualité et de l’art de vivre scandinave et nordique. Bienvenue sur le premier blog français consacré à la culture danoise, suédoise, norvégienne et finlandaise !

Commencer ici

Nouveau sur le blog ? Cliquez ici pour découvrir le projet !

Suivez-nous :

linstant-nordique-blog-webzine-facebook instagram

Recevez la newsletter !
Les articles
tout chaud
Les meilleures séries scandinaves en ligne et sur Netflix

Les meilleures séries scandinaves en ligne et sur Netflix

Temps de lecture : 7 minVous voulez profiter d'une émission de télévision cet hiver tout en restant chez vous ? Si vous avez besoin d'inspiration pour trouver les meilleures séries scandinaves à regarder en ce moment, voici quelques conseils de visionnage qui vous...

Sefoeli, la marque franco-danoise éthique qui ne manque pas d’air

Sefoeli, la marque franco-danoise éthique qui ne manque pas d’air

Temps de lecture : 3 minEn collaboration avec SefoeliQue se passe-t-il pour les chambres à air de vélo une fois utilisées ? C’est la question à laquelle Antoine D. a souhaité répondre en lançant son projet : celui de recycler ces tubes de caoutchouc jetés par les...

FILMO, le SVOD idéal pour les amoureux du cinéma nordique

FILMO, le SVOD idéal pour les amoureux du cinéma nordique

Temps de lecture : 3 minEn collaboration avec FILMO, testé et approuvé par L'instant nordiqueNetflix, Amazon Prime, Disney +... Impossible aujourd'hui d'apprécier le cinéma sans souscrire à l'un de ces services de vidéo à la demande. Leurs immenses catalogues et leurs...

Vos articles favoris
Les meilleures séries scandinaves en ligne et sur Netflix

Les meilleures séries scandinaves en ligne et sur Netflix

Temps de lecture : 7 minVous voulez profiter d'une émission de télévision cet hiver tout en restant chez vous ? Si vous avez besoin d'inspiration pour trouver les meilleures séries scandinaves à regarder en ce moment, voici quelques conseils de visionnage qui vous...

Sefoeli, la marque franco-danoise éthique qui ne manque pas d’air

Sefoeli, la marque franco-danoise éthique qui ne manque pas d’air

Temps de lecture : 3 minEn collaboration avec SefoeliQue se passe-t-il pour les chambres à air de vélo une fois utilisées ? C’est la question à laquelle Antoine D. a souhaité répondre en lançant son projet : celui de recycler ces tubes de caoutchouc jetés par les...

Vous pourriez aimer

Articles

0 commentaires
Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.